• Et oui !!!! Je commence des OS !!! Non c'est sur c'est un peu cul cul la praline mais moi j'aime ce genre d'histoire .^.

    Celui là est en deux parties, voici la première

    Vous allez dire : Et la rubrique manga ? Je vais m'en occuper vu que les filles font la fiction mais vous me connaisez ( ou pas ) moi et ma flemme surtout que j'ai envie de drama mais que je peux pas parce que je passe trop de temps sur l'ordi d'après le daron ( la fille qui a chopée l'ordi discretos dès qu'il est partit xD)

    Je sais, c'est pas super bien écrit et tout mais bon je l'ai fait par SMS que j'envoyais à Mikan et tout ....... Brefouille dites ce que vous en pensez ^^

                                  -----------------------------------------

     

     

    - Aujourd'hui c'est un cours spécial. Vous devrez prendre une chose ou plutôt quelque chose de précieux. Vous avez toute la journée ! 

    Des "génial ! " se firent entendre. Mais moi qu'est-ce que je peux prendre en photo ? Je soupire lentement et décide de sortir sous prétexte de prendre une photo à l'extérieur. Une chose importante ? Je ne vois pas mais alors vraiment pas. Quand je suis dehors, je m'allonge dans l'herbe mouillée par l'arrosoir automatique. Je sors mon portable pour regarder une énième fois mon fond d'écran. Pas de messages comme d'habitude. Je décide de regarder le ciel. Grand mère si trouve depuis 1 mois. Elle me manque terriblement. Elle était toujours là pour me donner des conseils. La dernière chose qu'elle m'est dites est "Je te surveillerais toujours depuis le ciel " Avant que je ne m'en rende compte, j'ai commencé à pleurer. Mamie, pourquoi est tu partie ? Tu es la seule qui me donnait un tant soit peu d'attention et d'amour, la seule que je ne voulais pas perdre.

    - Emmène-moi avec toi loin d'ici, au ciel.

    Je prends une photo de là où elle se trouve désormais. Je tombe en sanglot quand je vois que sur la photo il y a un nuage en forme de cœur

    - Tu sais la vie est précieuse, ne dis pas ça à la légère

    Je peux décerner un élève de la classe 4, qui fait même projet que nous. Il s'assoit naturellement à côté de moi et regarde en l'air

    - Il y a forcément quelqu'un qui te considère comme ton prénom  (Vous comprendrez à la fin ^^ )

    - Quesque tu peux y comprendre ?

    - Il y a 5 ans mes parents sont morts dans un accident, répondit il sans une touche de tristesse dans sa voix.

    Je déglutis et marmonne un "Désolée"

    - Ne t'en fait pas c'est pas grave. Tu viens on va te changer les idées !

    - Non merci, refusais-je

    Il a pris ma main et s'est mis à courir

    ****

    Avant que je ne m'en rendre compte, j'étais dans une salle d'arcade. On pouvait voir une quinzaine de garçon excités sur certains jeux pendant qu'on s'installait devant le simulateur

    - Tu veux quel film ?

    - Oh le 6

    - T'es sure ?

    - Ben ....oui

    J'ai dit 6 au hasard. On s'assoie mettons les lunettes et le jeu démarra. Jamais mais je dis bien JAMAIS je n'ai eu aussi peur de ma vie.  On pouvait voir de grands dinosaures nous écraser dans la pénombre de la salle, leur canines prêtent à nous mordre à n'importe quel moment ou leur désir de chair qui se lit dans leurs yeux. Automatiquement je m'accroche à Lucas et le sert fort alors qu'il est entrain de rigoler. J'ai limite pleuré tellement je hurlais. Quand on sort du jeu je me détache en rougissant légèrement - probablement -  et le regarde

    - Dis-moi t'as un coté sado?

    - De quoi tu parles?

    - Tu as vu ce que tu m'as fait voir?!

    -C'est toi qui as choisis et c'était dément !!!

    - J'ai vu ça .... Apres ces frayades on a fait 5 jeux et nous sommes sorti.

    J'ai bizarrement l'impression d'un déjà vu ..

    - Merci pour cette journée

    - Tu sais c'est moi qui t'as forcée et je me suis bien amusé. Je te raccompagne

    - Non merci. A bientôt, dis-je, en partant directement vers ma maison.

    ****

    Le lendemain en cours après avoir rendu les photos.

    - Les résultats seront affichés dans 1 mois

    Bizarrement j'ai une folle envie de sortir. Quand la prof nous annonça que le but d'aujourd'hui était de dessiner "l'évasion" je fonce illico vers l'endroit où je me trouvais hier, en nourrissant l'espoir de le revoir. Arrivée à l'endroit désirée, je me sentais seule au monde étant donné qu'il n'était pas là. Je m'assoie tranquillement en m'orientant vers la fenêtre pour mieux la dessiner ( la fenêtre ) . Je m'applique assez pour ne pas voir passer le temps puisque que la sonnerie ma surprise, laissant un grand trait sur mon dessin. Je peux distinguer une ombre à travers la vitre. Celle-ci disparait si rapidement que je n'ai pas le temps de la voir.

    - Bon c'est pas grave. Il me reste la récré pour terminer.

    Je recommence quand une voix masculine m'interrompra.

    - Tu es là depuis le début de l'heure ? Ouawww tu dessines vraiment bien !

    A l'intonation de sa voix, je peux le reconnaitre facilement. Je lève doucement la tête en souriant

    - Oui et merci

    - En tout cas t'es moins bavarde qu'hier.

    - C'est pas vrai ! Niais-je

    - Siiii

    Il tire la langue et nous continuâmes à parler et rigoler ensemble le temps de la pause. La sonnerie ... sonna

    - Dès que tu finis les cours, tu viendras avec moi

    - Pourquoi ?

    - Tu verras bien ... J'acquise et je pars en direction de la salle de chimie.

    ****

    Dès que 16h sonnait, je partais en direction du portail, toute excitée. Je le voyais appuyé nonchalamment sur les grilles, regardant son portable. Je m'approche doucement pour lui faire peur quand il prit la parole

    - Je t'ai vu ...

    Je soupire légèrement et marmonne un " C'est pas drôle" puis part en direction de je ne sais où avec lui. On a dû marcher une dizaine de rues puisque je pouvais voir que le soleil allait bientôt se coucher.

    - Et voilà

    L'endroit où il m'a amenée est juste sublime. On arrivait sur un petit pond qui laissait juste passer 1 voiture à la fois, rosi par la disparition du soleil. En dessous, un ruisseau coulait lentement entre deux parcelles d'herbe fraiche et quelques sortes de fleurs sauvages. Il prend ma main ce qui donne une légère couleur rose sur mes joues - enfin probablement. Il m'amène en dessous du pont qui à ma surprise n'était pas taguée. Quand je voulu parler, il me coupa la parole pour laisser un " chut " résonner et me montra le croisement entre deux immeubles. Le soleil arriva à se placer entres  les deux ce qui donnait l'impression que seul nous deux étions éclairés sous ce pont. Comme si nous étions seuls au monde. Un peu plus tard nous nous sommes allongés sur l'herbe (Tête en bas tête en haut) avec seul contact nos mains. Je pouvais ressentir la chaleur de sa main me parcourir et me donner des frissons .Quand je suis rentrée chez moi je me suis bien évidement fait gronder mais je m'en fichais complètement j'avais passé l'une des meilleures journées de ma vie. On s'est échangé nos numéros et quand je monte dans ma chambre j'ai reçu un message

    " J'ai passé une bonne journée. Rendez-vous demain au même endroit et à la même heure ^^ "

    J'entends les battements de mon cœur battre à tout rompre. J'ai dû courir vite pour lire ce SMS. .Et puis pendant plusieurs jours nous nous sommes vus régulièrement au même endroit. Il m'a fait oublier la plus grande partie de ma tristesse.

    - 3 jours avant les résultats -

    Comme d'habitude pour le coucher du soleil je sors de chez moi pour retrouver Lucas. Sauf que cette fois mon père s'est imposé entre moi et la porte

    - Cette fois tu ne sortiras pas

    - Et pourquoi ?

    Je sais qu'il désapprouve ma relation avec lui mais c'est pas grave, c'est vraiment un mec bien. En attendant lui cherchait  longtemps un excuse et reçoit un appel. Il part danse salon et revient quelques minutes plus tard pour m'annoncer

    - Va chercher ton cousin à la gare

    J'allais refuser mais une idée me vint : si je me dépêche je pourrais être à l'heure.

    - D'accord

    Je fonce directement à la gare, avec une seule idée en tête : être à l'heure. Je vois mon cousin sur le quai. Il n'a même pas le temps de dire bonjour que ne le prend par la main et me remet à courir

    - Tu fais quoi là ?

     Je ... T..'expl...iquer..ais .... Plus ... Tard !

    - Ok

    Personne. Personne. Il n'était pas là. Je repars chez moi avec le cœur gros. Il doit m'en vouloir... J'essaie quand même de rire aux plaisanteries de mon cousin qui me remonte le moral. Et au croisement de rue je peux apercevoir Lucas attendre. Il me regarde puis regarde mon cousin.

    - Je vois que je dérange

    - Attends ! Lucas !!

    J'essaie de lui courir après mais il est trop rapide. Il a probablement du croire que je préfère passer du temps avec mon cousin qu'avec lui. J'éclate en sanglot. Il ne voudra plus me parler j'en suis sure. Mon cousin passe un bras autour de moi et me relève.

    - T'inquiète pas ça va s'arranger. Demain tu lui expliqueras tout...

    Je sèche mes larmes et lui sourit

    - T'as raison

    Et nous somme parti en direction de la maison

    ****

    Le lendemain, je décide d'aller le voir. Il n'était pas là où on se rejoignait d'habitude. J'ai aussi passé toute ma pause de midi à l'attendre devant le grand arbre de la colline où on mangeait d'habitude mais rien. Je vais illico presto devant son prochain cours mais sur le chemin je le vois. Il me regarde dans les yeux et tourne la tête en m'ignorant pour reprendre une conversation avec une fille. J'ai mal, très mal. Je retiens mes larmes et part en direction de mon cours. J'envoie pour seul message

    " Viens au pont d'habitude. 16h30. J'ai à te parler."

    Je n'ai pas reçu de réponse mais j'y vais quand même

    -PDV omniscient-

    La jeune fille arrivée au point repère. Elle resta 1, 2, 3 heures à attendre. Ce qu'elle ne savait pas c'est que de loin un jeune homme à la chevelure marron l'observait avec un serrement de cœur

    " Idiote pourquoi tu ne pars pas ? Je souffre à cause de toi ... "

    La pluie commença à tomber, mouillant jusqu'aux os la jeune fille qui gardait une once d'espoir. Elle s'accroupie, dépitée Prit d'un soudain élan Lucas s'approcha mais recula au dernier moment prit en flagrant par la jeune fille.

    - Un peu plut tot, PDV normal -

    http://24.media.tumblr.com/ffc302cb9fd6086c5cae1cb23db38ccf/tumblr_mrr4ev0cjf1sfukjvo1_500.gif

    Pourquoi ça m'a fait mal de le voir parler avec une autre fille ? Pourquoi je l'aurais tuée si j'en aurais eu le courage ? Pourquoi j'ai envie qu'il ne parle a moi et qu'à moi seule ? Je ne sais pas. Mais bon après tout c'est probablement sa copine - ils se sont tenu la main - alors c'est normal. Alors pourquoi je ne supporte pas ? Je ne sais pas. La pluie commence a tomber ... Je ne partirais pas. Même si je dois rester toute la nuit sous cette pluie je ne partirais pas. Alors jamais. Je me retourne pour voir si il ne venait pas quand je pu voir qu'il s'avançait. J'étais vraiment heureuse, je me suis approché mais lui reculait.

    - Lucas !!! Combien de fois je vais te dire de rester ?!!!!!

    On s'approchait à une distance pour pouvoir avoir une conversation normale

    - Autant de fois que tu veux ! Va rejoindre ton copain et laisse-moi tranquille

    - Nan mais tu vas pas bien mon pauvre, c'est mon cousin ! Et le coupable dans l'histoire c'est toi! Je te  signale qu'on est amis quand même et tu ne viens même plus au rendez-vous, tu t'es trouvé une copine et je ne suis devenue qu'un bouche trou !! Je te déteste !!!

    - C'est toi qui va pas bien !!! Menteuse, tu rigolais avec lui, même quand je t'ai vu avec lui et que je suis partie ça t'as fait ni chaud ni froid !!!! Et je ne vois pas pourquoi j'irais au rendez-vous qu'on avait alors que tu n'y vas pas toi même !!!

    Les larmes coulaient toutes seules. Je ne pouvais pas me retenir

    - Je ne veux plus te voir !!! Je rentre chez moi !!!!!

    - Ouai c'est ça moi aussi !!!

    Je suis rentrée chez moi, toute trempée mais surtout blessée avec la sensation d'être une moins que rien. Pour rien arrangé mon père était là

    - Ecoute moi bien jeune fille tu es privée de sortie. Tu m'as déçue rentrer dans cet état

    ça ne me fait ni chaud ni froid d'être privée de sortie. Qui je pourrais voir ? Personne. Je le regarde dans les yeux. J'avais envie de pleurer.

    - Bien

    Il était bien évidemment surpris, il avait dû préparer des arguments ou je ne sais quoi étant que d'habitude j'aurais réagis exquisément. Je monte dans ma chambre laissant des longues gouttes derrières moi.

    - Et change-toi !!! Alalala attraper la crève pour un moins que rien.

    Je me retourne et lui lance un regard noir

    - C'est pas un moins que rien, d'accord ?!!!

    Et je claque la porte de ma chambre avant de me jeter sur mon lit.

                                                 ****

    Pourquoi je continue à le défendre après ce qu'il m'a fait ? Il me traite de menteuse, me fait attendre 3 heures sous la pluie, rate nous habitudes, me laisse en plan, va avec sa copine mais je ne peux pas le détester. J'ai mal au cœur en passant à la dispute mais aussi pour qu'il me laisse pour sa copine. Je pleure et je me laisse emporter par Morphée les yeux pleins de larmes

    ****

    Le lendemain j'ai dû descendre avec une tête de mort vivante, vu que mon cousin et mon père était au petit soin avec moi. Je pars assez tôt puisque quand j'arrive devant le portail il n'y avait personne. Seule au monde dès le matin. Je vois Lucas arriver. Tiens lui aussi il n’a pas bien dormit. Je rentre vite fait dans le collège je n’ai pas envie de lui parler. Je vais dans le passio, traverse le petit chemin de pierre et vais en dessous d'un arbre. J'ai toujours les mêmes pensées désagréables. Dès qu'on annonce que les cours commencent, je traine les pieds sachant que je vais m'ennuyer pendant une heure. J'arrive quand tout le monde est rentré pour mon plus grand malheur vu les chuchotements qui se firent entendre variant du " Elle n’a pas bien dormi, elle est pâle" jusqu'au " Elle repleure pour sa grand-mère " en passant par " Elle a rompu avec son copain" La dernière remarque me travailla le plus. Pourquoi ça me travaille autant ? On se connait depuis pas très longtemps même si on s'est rapidement liés d'amitié l'un pour l'autre, passant beaucoup de temps ensemble. Sa copine me travaille aussi beaucoup. Et pourquoi il ne m'a rien dit ? Enfin on était proche quand même ? Et pourquoi je parle au passé ? Je ne sais pas ... Toutes ses questions restaient dans ma tête pendant la moitié du cours, si bien que la prof me demanda d'aller à l'infirmerie. Je m'exécute, peut être que j'irais mieux. Qui a déjà vu un écureuil se faire écraser ? Mmmmmm non faut une autre métaphore .... Laissons tombés en vrai j'avais la mâchoire inférieur qui touchait le sol quand j'ai vu que Lucas était lui aussi à l'infirmerie

     

    J'ouvre la porte doucement pour voir si c'est bien lui. Ahahahaha c'est une blague hein ? Caméra cachée ! J'entre comme si je ne l'avais pas vu la tête haute et je règle la paperasse avec l'infirmière. Elle me donne un medoc avant d'ajouter

    - Je dois régler quelques affaires avec le principal, je vous laisse

    Dit- elle avec un grand sourire. J'ai fait la tête du chien battu, mais ça a pas marché. Je décide de m'enfouir sous ma couette et de lui faire dos. Oui je sais ça se dit pas c'est le contraire de "faire face"... Passons. Le silence était pesant si bien qu'il décide de le casser. 

    - Alors comme ça .... ça va pas bien. 

    Je sors de ma couette, outrée et le regarde dans les yeux.

    - Je me demande à qui la faute... 

    - Tu vas arrêter de jouer avec tes aires de mademoiselle la peste ?

    - Déjà, mademoiselle la peste n'a pas d'ordres à recevoir de ta part. 2 tu crois pas que c'est toi qui est en tort ? Tu sais que j'ai passé 3 heures dans le froid complet donc 30 sous la pluie ? Abruti !!!!

    Il a l'air blessé. Je dois rêver. Je me lève et me dirige vers la sortie quand je vois le monde tourner tout autour de moi .....

     

    -PDV Omniscient-

     

     L'infirmière prenait la température d'une patiente sous l'œil inquiet d'un garçon aux cheveux bruns.

    - 39.... C’est mauvais

    - Elle a de la fièvre ?

    - Oui, avec la pluie d'hier elle a put attraper une grippe. Regarde elle est toute transpirante et son sommeil à l'air agité. Reste ici je vais appeler ses parents.

    - D'accord

    L'inquiétude fusait sur son visage. Il se sentait coupable, énormément. A cause de lui elle était malade et pas qu'un peu. Il concentra son regard sur la malade et lui caressa doucement les cheveux. Il repensa au dernier mot de la jeune fille. "Abruti !!!' résonnait dans sa tête. Il était choqué à ce moment-là, si bien qu'il n'avait pas remarqué que la jeune fille était au sol. Il se leva précipitamment et la prit doucement dans ses bras pour la poser sur un des lits et courra chercher l'infirmière. Il ressort de ses pensées

    fond d'écran manga

    - Abr...ut..i

     

                                                       

        //Prochainement la partie 2//


    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique